Make your own free website on Tripod.com
Lettre 10
La Gargote du Patron : Qua'n Ong Chu?




Voyage au Vietnam 1999







  21 Fevrier 2000

Chers amis ,

                                Cela  nous  est  arrivé  un  jour  sur  la  route  Lai-Chau - Sapa , dans  le  Nord-Ouest  près  de  la  frontière  avec  la  Chine . Depuis  toujours  Jocelyne  a  une  boule  dans  sa  tête : il  faut  qu' elle  voie  les  minorités  vivant  dans  les  montagnes  du  Nord , en  chair  et  en  os  avec  leurs  costumes  brodés  multicolores  lors  du  marché  du  samedi  matin  à  Sapa  (le  marché  des  fiancés) , elle  ne  se  contente  pas  de  superbes  cartes  postales  qu' on  trouve  partout, même  en  France  ou  ailleurs .

             Il  y  a  juste  une  centaine  de  km  qui  séparent  ces  2  villes  de  hautes  montagnes , en  temps  normal  il  faut  quand  même  10  heures  de  parcours . A  la  sortie  de  Lai-Chau , la  route  commence  à  zigzaguer  dans  de  superbes  paysages  sauvages  du  grand  Nord  et  le  car  du  Sinh' s  Café , un  vieux  Deawoo  de  12  places , a  vraiment  du  mal  à  monter  la  côte , il  traîne  son  poids  péniblement  en  toussant  et  en  crachant  sans  arrêt  comme  un  véritable  bronchiteux  chronique . Et  puis , ce  qu' on  craignait  depuis  quelques  jours  arriva  finalement : après  un  virage  à  180° , son  joint  de  culasse  a  cédé , la  voiture  ralentit  puis  s' arrêta  un  petit  instant  avant  de ... reculer ! Notre  chauffeur , sans  doute  ayant  affronté  cette  situation  déjà  plusieurs  fois , quitta  rapidement  le  véhicule  pour  aller  chercher  un  grand  caillou  au  bord  de  la  route  : il  faut  vite  caler  les  roues  avant  qu' il  ne  soit  trop  tard ! Il  m' a  expliqué  par  la  suite  que  son  frein  à  main  ne  fonctionne  que  lorsque  le  véhicule  avance  et  pas  l' inverse ...   Nous  voilà  de  nouveau  orphelins  de  moyen  de  transport  dans  notre  long  périple  au  V-N , exactement  au  km  22  de  cette  nationale  perdue  dans  les  montagnes . Un  conseil  d' ami : si  jamais  cela  devait  vous  arriver , essayez  de  ne  pas  tomber  en  panne  au  milieu  de  la  jungle  comme  nous  en  ce  moment . On  avait  vraiment  l' impression  d' être  débarqué  sur  une  autre  planète : du  vert  partout ,  l' air  de  la  montagne , les  cris  des  oiseaux  et  des  singes , une  route  non  bitumée  en  terre  battue  rouge  qui  se  perd  à  une  dizaine  de  mètres  dans  un  virage  pour  réapparaître  plus  tard ... de  l' autre  côté  de  la  montagne !

            Il  nous   reste  une  seule  solution : dormir  sur  place  et  rejoindre  Sapa  demain  matin  en  espérant  que  le  véhicule  soit  réparé . Pour  ceux  qui  s' intéressent  à  la  mécanique  automobile  voilà  ce  qu' a  fait  notre  chauffeur : moteur  ouvert  par  terre , il  pose  un  grand  papier (c' est  la  chemise  qui  contient  ses  papiers  de  route)  sur  la  culasse  pour  prendre  des  empreintes , puis  il  le  découpe  avec  des  ciseaux  en  faisant  très  attention  aux  angles , c' est  un  vrai  artiste ...  



          Les  étrangers  voyageant  au  V-N  sont  tous  tenus  à  une  règle  infaillible : partout  où  ils  vont  de  jour , ça  va . Mais  pour  passer  la  nuit  dans  n' importe  quel  point  du  pays , même  les  plus  reculés , il  faut  faire  une  déclaration  à  la  Police  locale . Ce  qui  n' est  pas  difficile  dans  les  grandes  villes , mais  pour  nous  cela  pose  un  petit  problème : où  est-elle  notre  chère  Police  locale ? Notre  chauffeur  ne  sait  pas  et  nous  encore  moins . Alors  qu' il  essayait  de  réparer  le  moteur  en  pleine  nature , nous  on  cherchait  à  se  renseigner  où  se  trouve  le  Commissariat  le  plus  proche . Peine  presque  perdue  car  il  n' y  a  que  très  peu  de  trafic  sur  cette  portion : quelques  motocyclettes  par  heure . De  temps  en  temps  on  croise  des  chasseurs  appartenant  à  la  minorité  H' mong  rentrer  chez  eux  à  pieds  après  une  battue , et  comme  par  hasard  je  ne  connais  pas  leur  patois ...



             A  la  fin  de  l' après-midi , heureusement  il  y  a  quand  même  un  type  en  motocyclette  qui  a  accepté  de  nous  prendre  en  stop  jusqu' au  poste  de  Police  le  plus  proche  en  amont  de  cette  vallée : imaginez  que  nous  étions  3  sur  cette  moto , une  petite  Honda  50 cc  de  cylindrée , sur  une  route  zig-zag  en  terre  battue , qui  monte ... Que  son  joint  de  culasse  tienne  le  coup !   Le  policier  qui  nous  a  reçu  naturellement  n' avait  jamais  été  confronté  à  une  telle  situation  auparavant , peut-être  n' avait-il   jamais  vu  non  plus  des  extra-terrestres  comme  nous . Il  a  regardé  le  passeport  de  Jocelyne  un  bon  quart  d' heure , inclus  sa  photo  inversée , tête  en  bas , puis  page  par  page  jusqu' à  la  dernière  alors  que  celui-ci  n' était  rempli  que  sur  2  pages . Heureusement  il  sait  lire , mais  hélas  pas  le  français  d' où  sa  longue  conversation  téléphonique  avec  son  chef  (on  a  entendu  "effe"  pour  f , "erre"  pour  r  etc...)  qui  a  téléphoné  à  son  Ministère  (de  l' Intérieur)  à  Ha-Noi  qui , à  son  tour , a  réveillé  son  homologue  extérieur . Ce  dernier  a  dû  consulter  l' Ambassade  Française  en  pleine  nuit  sur  la conformité de  nos  papiers ...   



           Enfin , avec  un  grand  sourire  de  fierté  comme  s' il  venait  d' avoir  accompli  un  acte  historique , notre  héros  est  revenu  nous  annoncer  que  tout  est  OK , juste  une  déclaration  à  faire  comme  d' habitude  avec  nom , prénom , surnom , profession , adresses  (du  domicile , du  travail , du  parent  à  visiter  au  V-N  et  de  l' hôtel  à  Ha-Noi : heureusement  je  m' en  souviens !) , date  de  ceci , date  de  cela  etc ... Mais  il  ne  semblait  pas  du  tout  à  mon  goût  lorsqu' il  a  lu  ma  déclaration  avec  comme  motif  de  la  visite  dans  sa  circonscription : joint  de  culasse  pété ! J' ai  dû  remettre  quelque  chose  d' autre  comme  ceci : arrivé  ici  après  Lai-Chau , la  route  touristique  m' a  beaucoup  trop  attiré  et  devant  la  beauté  du  paysage  (ce  qui  n' est  pas  complètement  faux) , je  me  permets  de  vous  demander  de  m' accorder  encore  une  nuit  pour  le  contempler ! Bon , là  ça  passe . Hormis  mon  problème  personnel : comment  faire  pour  contempler  ce  paysage  en  pleine  nuit ?     Bref , on  avait  d' autres  problèmes  à  résoudre , si  possible  rapidement  parce  que , en  quittant  ce  Commissariat , le  noir  était  total : aucune  lumière  de  nulle  part ... Les  bruits  des  animaux  sauvages  se  faisaient  sentir  de   plus  en  plus  fort , il  faisait  très  froid  et  on  a  regretté  les  pulls  laissés  dans  le  car . Et  à  cette  heure  tout  le  monde  était  plus  ou  moins  dans  leur  foyer : je  veux  dire  par  là  que  la  route  était  complètement  déserte  maintenant ...             (à  suivre)             
Th.  
 






Retour a la Page d'Accueil